Graphisme

Tips pour travailler en harmonie avec un graphiste

Livraison de vos contenus

Veillez à fournir au graphiste les contenus dans les formats dans lesquels il vous les demande. Par exemple, ne lui envoyez pas un fichier publisher s’il vous demande un fichier texte ou un word. Il a ses raisons pour vous demander un fichier texte (ça lui permettra de travailler plus rapidement et cela vous fera économiser sur les dépenses, au lieu de les alourdir, si le travail prend plus de temps que prévu parce qu’il n’a pas accès aux contenus).

Dans le même ordre d’idées, séparez-bien dans la livraison des contenus, les textes et les visuels (photos et logos). Extraire une photo d’un fichier word prend du temps supplémentaire et est rarement gage de qualité de la photo (elle sera dans une taille trop petite pour être exploitable par le graphiste).

Essayez d’être clair dans vos directives et dans la manière dont vous agencez les contenus que vous envoyez. Si c’est par mail, votre message doit avoir un objet qui reprend le contenu du message. De même si vous envoyez les fichiers lourds par des plateformes comme WeTransfer.

Corrections de vos contenus

Il est de votre responsabilité de corriger les contenus pour qu’ils soient corrects. Si plusieurs personnes de votre équipe doivent donner leur avis, collectez ces avis pour n’envoyer qu’un seul message au graphiste. Surtout quand il s’agit de modifications au document. Chez nous, en général, le prix que nous vous remettons englobe une correction (car nous partons du principe que tout le monde a droit à l’erreur). Vérifiez bien plutôt deux fois qu’une que votre demande de modification englobe les avis de tout le monde et est complet par rapport aux remarques qui ont été apportées. Parce que si vous avez oublié ne fut-ce qu’une lettre (un s à un pluriel par exemple), même si à vous ça parait minime, pour le graphiste, ça implique parfois des conséquences plus lourdes, parce qu’il doit ouvrir le fichier pour le corriger et refaire une exportation du document. En gros, un s à enlever ou à ajouter sur des corrections déjà validées, c’est au moins 15 minutes de travail pour le graphiste : lire votre mail, ouvrir le fichier, repérer l’erreur dans le document, la corriger et exporter un pdf de validation, vous envoyer le pdf pour validation. Si cette correction n’est plus englobée dans vos corrections, ça sera une facturation supplémentaire pour vous.

Pour nous communiquer les corrections, nous vous recommandons la fonction commentaires dans Adobe Acrobat Reader (le lecteur que vous utilisez pour lire votre pdf). Cette fonction permet de repérer très vite les endroits à corriger et évite les risques d’erreur de retranscription de la correction, puisqu’il suffit de copier-coller la correction à apporter pour l’intégrer dans le document à corriger. Certains clients investissent dans le logiciel Incopy d’Adobe, qui est encore plus performant au point de vue des modifications, mais nous n’obligeons pas les clients qui ne l’ont pas à investir dans ce programme. Adobe reader est gratuit et déjà très performant à ce niveau.

Gestion de vos documents

Le graphiste n’est pas votre secrétaire : vous êtes censés archiver, conserver et organiser les documents qu’il vous envoie, surtout quand ce sont vos sources (par exemple vous avez envoyé le logo d’un sponsor au graphiste. De grâce ne le contactez pas un an plus tard pour lui demander de vous envoyer ce logo, ce n’est pas son job). Par ailleurs, les documents finaux (les pdf pour impression) que le graphiste vous livre sont précieux, car ils vous permettront, par exemple, pour un imprimé, de refaire le même travail si nécessaire, sans devoir passer par lui. Nous archivons ces documents chez nous pendant un an. Passé ce délai, nous n’avons plus d’obligation de les conserver.

Orientation client

Dernier petit truc : le document créé, qu’il soit numérique ou imprimé, doit correspondre aux besoins de votre cible (c’est la raison pour laquelle c’est la première question prioritaire à laquelle on doit répondre en amont de tout projet). Les besoins et les attentes de votre cible ne sont pas nécessairement les vôtres. Gardez-le toujours à l’esprit quand vous travaillez sur le document et tenez compte que c’est la spécialité du graphiste de traduire visuellement votre message pour le rendre attractif et lisible en fonction de votre cible.

Trucs & astuces

Retrouvez quelques articles pour vous aider à vous y retrouver dans tout ce qui concerne les sites web : noms de domaines, hébergement, CMS, CSS, arborescence, mots-clés et bien d’autres choses encore.

Techniques web — l’arrivé de Gatsby

Internet et nouvelles technologies

Bienvenue au grand Gatsby !

Jeroen Tiggelman, développement front-end

La vitesse d'un site web est quelque chose que Google donne de plus en plus d'importance. Les dernières années, il y a eu une grande évolution dans le developpement du concept « site statique ». Une des plateformes que j'ai recherchée est Gatsby, un moteur pour des sites statiques, mais pas seulement...

Avec l'utilisation des CMS comme Wordpress on a pris l'habitude d'attendre jusque la page web charge quand l'internaute demande la voir. L'URL est saisi, le navigateur fait une requête au serveur, qui va chercher le contenu dans la base de données et construit la page concernante. Quand ce processus est fini, le serveur envoie la page en HTML, CSS et Javascript et le navigateur affiche la page.

Pour faire tout ça, il faut du temps. Qui ne se souvient pas l'époque où on faisait des pages statiques, qui ne devraient pas être construits par un serveur, mais étaient envoiés tout de suite à partir de leur site de stockage. C'était vite, non ? Maintenant, certainement parce que un site web est de plus en plus affiché sur des navigateurs mobiles, on redemande cette vitesse.

Entretemps, on a aussi pris l'habitude de pouvoir ajouter, adapter ou effacer le contenu d'un site web facilement. Une entreprise n'a pas forcement envie de devoir creuser dans le code d'un site afin d'adapter la date d'un événement, du contenu temporaire ou bien des mésures prises dans le contexte d'une pandémie.  

Exemple d'affichage dynamique d'un flux Instagram.

www.photographicdesign.be

Sérait-il une bonne idée de combiner la vitesse d'affichage avec la flexibilité d'adaptation par un client ? Ici les frameworks pour construire des sites statiques viennent dans l'image. En ayant expérimenté déjà en 2014-2015 avec des plateformes comme Jeckyll et Hugo, je n'étais pas trop accroché parce que oui, la vitesse liée aux pages web statiques était là, mais le leurs concepts étaient trop technique pour qu'une personne lambda pourrait adapter ou ajouter du contenu.

« Avec Gatsby, on a le meilleur des deux mondes. Cette plateforme combine la vitesse des pages web statiques et la flexibilité des sources de données. »

Gatsby est une plateforme pour le développement des sites web statiques. Plus d'info sur www.gatsbyjs.org

Gatsby est rapide dans tous les sens. C'est un framework « open source » basé sur React qui aide les développeurs à construire des sites web et des apps avec une vitesse incroyable.

Comment ça marche ?

Imaginez-vous que vous pouvez utiliser presque n'importe quelle source de données pour alimenter votre site :

  • des CMS comme Contentful, Drupal, Wordpress, etc.
  • des fichiers Markdown
  • des données (des API, bases de données, YAML, JSON, CSV, etc.)

Schéma de fonctionnalité de Gatsby

La construction des pages se fait au moment du développement !

Le développeur connecte le site aux sources de données différents (on peut même faire appèl à plusieurs sources en même temps) et fait la mise en page du site. Au moment du « build » du site, Gatsby s'occupe — d'office — de plein de techniques : construction des pages statiques, optimalisation des images en utilisant la taille idéale pour chaque utilisation d'image (en plus, les images s'affichent avec une technique « lazy loading » qui permèt de pas devoir télécharger toutes les ressources d'une page en une fois, mais seulement à partir du moment qu'elles sont affichées). S'il y a des liens sur la page, Gatsby va même déjà chercher le contenu des pages où les liens pointent (pre-fetching) et les stocke dans la mémoire du navigateur. Comme ça, quand l'internaute clique sur ce lien, la page concernante s'affiche quasi tout de suite !

Énormément de possibilités !

Gatsby offre plein de possibilités d'application. Il y a pas mal de plug-ins qui offrent encore plus de flexibilité et puissance. On trouve par exemple un plug-in SEO qui permet d'optimaliser le site pour les résultats de récherche.

En injectant des modules pour des formulaires de contact ou bien pour l'achat en ligne en utilisant des plateformes de paiement comme Stripe, le développeur dispose de plein d'outils (en plus, chaque outil est l'un des meilleurs de sa catégorie) pour faire un site web assez puissant.

Vous voulez mettre à jour ou rajouter du contenu vous-même (vous avez un blog ou vous vendez des articles en ligne) ? La manière la plus simple est d'ajouter des fichers Markdown dans un dossier pre-défini et de déclencher une mise à jour automatique du site web via Github.

Plus habitué à l'utilisation d'un CMS ? Gatsby peut-être lié dynamiquement à des CMS comme Contentful, Strapi, Sanity ou même un « headless » Wordpress. Chaque adaptation du contenu résultera une mise à jour du site automatique en adaptant uniquement les fichiers qui sont changés.

Plusieurs de manières de publier et réduction des frais d'hébergement

Un avantage énorme de Gatsby est que les pages statiques n'ont pas besoin d'un serveur coûteux qui construit les pages du site web, ni de base de données en ligne, si on choisit pour cette solution. Les frais d'hébergement seront alors fort diminués, voir éliminés : on peut publier le site sur des CDN comme Netlify, Github Pages, etc., qui donnent un volume gratuit déjà très sympatique pour le stockage et construction automatique des mises à jour du contenu du site. On a juste besoin d'un nom de domaine et c'est parti !

Gatsby pour un site web puissant et moderne

Après avoir fait mes récherches et mes expériments avec Gatsby, je peux que concluire que en étant « open source », Gatsby offre une plateforme moderne et puissante avec des possibilités quasi illimités. La programmation d'un site avec Gatsby n'est pas vraiment pour des débutants. On part du principe qu'il y a quand même une petite connaissance de React. Il y a quand même déjà une fonctionnalité de base très étendu, des templates sont disponibles et la documentation est claire et assez élaborée (pour le moment seulement en anglais).

Devenir indépendant d'un serveur web, un site fait avec Gatsby n'utilise pas seulement les dernières techniques web, mais peut également réduire vos frais d'hébergement.

En concluant : Gatsby ou des plateformes pareilles, sont le futur !

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!
%d blogueurs aiment cette page :